L'oubli des villes de l'Inde

Pour une géographie culturelle de la ville

Le sens de l'espace donne du sens à la ville. Ce livre le montre par l'exemple indien. Si l'Inde est souvent exagérément présentée à travers des stéréotypes culturels (religiosité, castes...) ou économiques (sous-développement, émergence), ses villes sont oubliées dans leur nature profonde.
Contrairement aux habitudes académiques qui décrivent les villes par leur forme, leur démographie et leurs activités, la ville habitée et en mouvement est saisie par l'urbanité, pour en faire une ville comme les autres, l'urbanité indienne s'inscrivant en continuité avec les autres modalités de la vie en société. La ville est un comparable portant à la fois les traits de l'universel urbain (urbanité) et, ici, ceux du singulier indien (indianité), qui ne sont pas fixés en modèles idéaux.
L'oubli des villes de l'Inde, c'est l'occultation de l'indianité de la ville s'exprimant aussi bien à travers le refus des slums qu'à travers l'idéologie anti-urbaine gandhienne ou la persistance, dans l'échec, de planifications urbaines reprenant sans cesse les thèmes utopiques du modèle européen et colonial.
L'oubli des villes de l'Inde résulte d'une invisibilité. Les conceptions de l'espace et de la société transportées par les observations et les savoirs occidentaux y compris scientifiques ne l'éclairent que sous un angle biaisé. D'autres angles sont donc ouverts qui échappent à l'attraction culturelle des modèles habituels de l'analyse urbaine : la procession et plus largement le mouvement permanent dessinent des figures qui ne peuvent être rendues par une carte des formes. La « forme de la ville » ne se réduit pas à sa morphologie. Ce que montrent les villes indiennes.

En savoir plus


Présentation

Le sens de l'espace donne du sens à la ville. Ce livre le montre par l'exemple indien. Si l'Inde est souvent exagérément présentée à travers des stéréotypes culturels (religiosité, castes...) ou économiques (sous-développement, émergence), ses villes sont oubliées dans leur nature profonde.
Contrairement aux habitudes académiques qui décrivent les villes par leur forme, leur démographie et leurs activités, la ville habitée et en mouvement est saisie par l'urbanité, pour en faire une ville comme les autres, l'urbanité indienne s'inscrivant en continuité avec les autres modalités de la vie en société. La ville est un comparable portant à la fois les traits de l'universel urbain (urbanité) et, ici, ceux du singulier indien (indianité), qui ne sont pas fixés en modèles idéaux.
L'oubli des villes de l'Inde, c'est l'occultation de l'indianité de la ville s'exprimant aussi bien à travers le refus des slums qu'à travers l'idéologie anti-urbaine gandhienne ou la persistance, dans l'échec, de planifications urbaines reprenant sans cesse les thèmes utopiques du modèle européen et colonial.
L'oubli des villes de l'Inde résulte d'une invisibilité. Les conceptions de l'espace et de la société transportées par les observations et les savoirs occidentaux y compris scientifiques ne l'éclairent que sous un angle biaisé. D'autres angles sont donc ouverts qui échappent à l'attraction culturelle des modèles habituels de l'analyse urbaine : la procession et plus largement le mouvement permanent dessinent des figures qui ne peuvent être rendues par une carte des formes. La « forme de la ville » ne se réduit pas à sa morphologie. Ce que montrent les villes indiennes.

Caractéristiques

Pages

298


Collection

HORS COLLECTION


9782200272708

EAN papier

EAN EPUB

9782200276218


Droit d'usage
En savoir plus
Nb pages copiables 59
Nb pages imprimables 298
Taille du fichier 3758 Ko

Prix

24,99 €



Suggestions personnalisées

Révolution végane
Sociologie de l'intervention sociale
Enquêter sur la jeunesse
Sociologie de l'action publique - 2e éd.
collection1
 
collection 2
 
collection 3
 
collection 4

C est ici le meme sujet