Journal de Bonn

Ambassadeur de France de Schmidt à Kohl 1982-1983

En des temps où la possibilité pour l’Union européenne de sortir du marasme économique et d’une véritable crise de doute dépend largement de l’énergie motrice que France et Allemagne s’entendront, ou non, à redonner à l’ensemble, et à l’heure de la célébration du cinquantième anniversaire du Traité de l’Élysée, la lecture du court et incisif Journal qu’Henri Froment-Meurice tint durant son séjour à Bonn ne manque ni d’intérêt, ni de piquant. 
Tant de choses ont changé. La RFA n’avait pas encore absorbé la RDA, les faucons du Kremlin creusaient innocemment leur tombe en menaçant l’Occident de ces SS 20 qui donnèrent au « socialiste » Mitterrand l’occasion de montrer que loin de virer au rouge, il appelait l’Occident à resserrer les rangs et exhortait les Allemands à la fermeté, il n’y avait pas encore d’euro pour empêcher les Français de se livrer aux délices coupables de la dévaluation, et le rêve européen d’une démocratie sociale accomplie ne s’était pas encore heurté à la mondialisation, à la montée des nouvelles puissances et à la crise délétère à quoi semblent parfois se résumer les débuts du XXIe siècle.
Mais tant de choses ont subsisté aussi, accouchées souvent de ce passé point si lointain et des choix qui furent faits alors. Une question majeure est d’évidence celle des équilibres, ou plutôt des déséquilibres franco-allemands. Une réflexion sur ce qu’il y a de comparable et ce qui a fondamentalement changé d’une époque à l’autre, sur cette question, est nécessaire, instructive, même si elle se révèle quelque peu réfrigérante pour l’orgueil national français. 
Au-delà de la nécessité pour la France de se doter enfin d’une véritable politique allemande (et vice versa), c’est la question même d’un rapprochement plus profond des deux nations qui se pose et qu’aborde sans tabou Henri Froment-Meurice dans un avant-propos original, qui vient enrichir le journal d’alors comme une solide postface et comme un révélateur du sens de cette histoire qu’il suivait de son poste d’observation privilégié. D’observation, et d’action ? On peut, en lisant ces pages, se faire aussi une idée de l’évolution du métier d’ambassadeur et de ses conditions d’exercice… 

Henri FROMENT-MEURICE, entré au Quai d’Orsay en janvier 1950, a commencé sa carrière sous l’égide de Robert Schuman et de Jean Monnet. Il en a hérité la conviction qu’une union toujours plus étroite entre la France et l’Allemagne était la condition pour que l’Europe soit une puissance capable de peser sur le cours des choses dans le monde. Ambassadeur en URSS de 1979 à 1981, il a été ambassadeur en Allemagne Fédérale en 1982-1983.

En savoir plus


Présentation

En des temps où la possibilité pour l’Union européenne de sortir du marasme économique et d’une véritable crise de doute dépend largement de l’énergie motrice que France et Allemagne s’entendront, ou non, à redonner à l’ensemble, et à l’heure de la célébration du cinquantième anniversaire du Traité de l’Élysée, la lecture du court et incisif Journal qu’Henri Froment-Meurice tint durant son séjour à Bonn ne manque ni d’intérêt, ni de piquant. 
Tant de choses ont changé. La RFA n’avait pas encore absorbé la RDA, les faucons du Kremlin creusaient innocemment leur tombe en menaçant l’Occident de ces SS 20 qui donnèrent au « socialiste » Mitterrand l’occasion de montrer que loin de virer au rouge, il appelait l’Occident à resserrer les rangs et exhortait les Allemands à la fermeté, il n’y avait pas encore d’euro pour empêcher les Français de se livrer aux délices coupables de la dévaluation, et le rêve européen d’une démocratie sociale accomplie ne s’était pas encore heurté à la mondialisation, à la montée des nouvelles puissances et à la crise délétère à quoi semblent parfois se résumer les débuts du XXIe siècle.
Mais tant de choses ont subsisté aussi, accouchées souvent de ce passé point si lointain et des choix qui furent faits alors. Une question majeure est d’évidence celle des équilibres, ou plutôt des déséquilibres franco-allemands. Une réflexion sur ce qu’il y a de comparable et ce qui a fondamentalement changé d’une époque à l’autre, sur cette question, est nécessaire, instructive, même si elle se révèle quelque peu réfrigérante pour l’orgueil national français. 
Au-delà de la nécessité pour la France de se doter enfin d’une véritable politique allemande (et vice versa), c’est la question même d’un rapprochement plus profond des deux nations qui se pose et qu’aborde sans tabou Henri Froment-Meurice dans un avant-propos original, qui vient enrichir le journal d’alors comme une solide postface et comme un révélateur du sens de cette histoire qu’il suivait de son poste d’observation privilégié. D’observation, et d’action ? On peut, en lisant ces pages, se faire aussi une idée de l’évolution du métier d’ambassadeur et de ses conditions d’exercice… 

Henri FROMENT-MEURICE, entré au Quai d’Orsay en janvier 1950, a commencé sa carrière sous l’égide de Robert Schuman et de Jean Monnet. Il en a hérité la conviction qu’une union toujours plus étroite entre la France et l’Allemagne était la condition pour que l’Europe soit une puissance capable de peser sur le cours des choses dans le monde. Ambassadeur en URSS de 1979 à 1981, il a été ambassadeur en Allemagne Fédérale en 1982-1983.

Caractéristiques

Pages

192


Collection

HORS COLLECTION


9782200285388

EAN papier

EAN EPUB

9782200286811


Droit d'usage
En savoir plus
Nb pages copiables 38
Nb pages imprimables 192
Taille du fichier 1382 Ko

Prix

14,99 €



Suggestions personnalisées

Cultural Studies - 2e éd.
Enquêter sur la jeunesse
Sociologie de la sexualité - 4e éd.
Sociologie de la lecture
collection1
 
collection 2
 
collection 3
 
collection 4

C est ici le meme sujet