Être parlementaire

De la Révolution à nos jours

De la fin du XVIIIe siècle à nos jours, les parlementaires français peuvent être définis ou étudiés non seulement par leur rôle de législateurs, sous l’angle de leurs choix politiques ou en fonction de critères rhétoriques, mais d’après les rapports qu’ils entretiennent avec leurs électeurs et avec la société. Ils sont aussi acteurs ou spectateurs des grandes crises de l’histoire nationale. À leur sujet, de multiples discours ont été tenus pour justifier le parlementarisme, en proposer la réforme ou exprimer diverses formes d’antiparlementarisme. On dispose aussi de portraits – voire de caricatures –, de souvenirs, de biographies, d’essais, de travaux relevant de l’histoire, de la science et de la sociologie politiques. Ces approches et ces éclairages nourrissent la réflexion sur les permanences et les changements des identités parlementaires, par définition mobiles au fil du temps et en raison de la durée fort variable de la longévité électorale. En outre, les conditions de l’exercice de la délibération ont beaucoup changé durant les quelque deux siècles étudiés. On peut ainsi distinguer trois grandes phases, séparées par deux césures majeures : l’entrée, à la charnière des années 1870 et 1880, dans le temps d’une « République des républicains » très marquée par le parlementarisme, et la création de la Ve République, qui en réduit le rôle et en redéfinit les modalités. Il convient bien évidemment de souligner les implications des multiples changements politiques qui jalonnent chacune de ces grandes phases. Sont ainsi soulignés les enjeux très contemporains, notamment dans les domaines de la parité, de la diversité et de l’insertion des parlementaires dans une sphère politique où la communication est primordiale. 

En savoir plus


Présentation

De la fin du XVIIIe siècle à nos jours, les parlementaires français peuvent être définis ou étudiés non seulement par leur rôle de législateurs, sous l’angle de leurs choix politiques ou en fonction de critères rhétoriques, mais d’après les rapports qu’ils entretiennent avec leurs électeurs et avec la société. Ils sont aussi acteurs ou spectateurs des grandes crises de l’histoire nationale. À leur sujet, de multiples discours ont été tenus pour justifier le parlementarisme, en proposer la réforme ou exprimer diverses formes d’antiparlementarisme. On dispose aussi de portraits – voire de caricatures –, de souvenirs, de biographies, d’essais, de travaux relevant de l’histoire, de la science et de la sociologie politiques. Ces approches et ces éclairages nourrissent la réflexion sur les permanences et les changements des identités parlementaires, par définition mobiles au fil du temps et en raison de la durée fort variable de la longévité électorale. En outre, les conditions de l’exercice de la délibération ont beaucoup changé durant les quelque deux siècles étudiés. On peut ainsi distinguer trois grandes phases, séparées par deux césures majeures : l’entrée, à la charnière des années 1870 et 1880, dans le temps d’une « République des républicains » très marquée par le parlementarisme, et la création de la Ve République, qui en réduit le rôle et en redéfinit les modalités. Il convient bien évidemment de souligner les implications des multiples changements politiques qui jalonnent chacune de ces grandes phases. Sont ainsi soulignés les enjeux très contemporains, notamment dans les domaines de la parité, de la diversité et de l’insertion des parlementaires dans une sphère politique où la communication est primordiale. 

Caractéristiques

Pages

224


Collection

HORS COLLECTION


9782200259037

EAN papier

EAN EPUB

9782200287061


Droit d'usage
En savoir plus
Nb pages copiables 44
Nb pages imprimables 224
Taille du fichier 1720 Ko

Prix

14,99 €



Suggestions personnalisées

Le Moyen Âge en Occident
Les relations internationales dans l'Europe moderne - 2e éd.
Vision(s) du Monde
La dissertation en histoire
collection1
 
collection 2
 
collection 3
 
collection 4

C est ici le meme sujet