Pouvoir et religion en Europe

XVIe-XVIIIe siècle

Si le religieux est aujourd’hui affaire personnelle et n’est pas censé interférer avec le politique, il en allait tout autrement dans l’Europe moderne.
Dans l’ancien monde, où la religion était structurante et commandait à tout et tous, le christianisme a forgé des concepts essentiels à la régulation des sociétés. Trois principes ont façonné les rapports entre Églises et États : l’autorité vient de Dieu, les pouvoirs temporel et spirituel sont indépendants, les fins humaines sont subordonnées aux spirituelles. Ce cadre restait toutefois assez large pour justifier des politiques différentes. Les théologiens n’ont pas dicté une réponse unique quand le souverain, fût-il le pape, se trouva confronté à un conflit.
Déstabilisées par les réformes du XVIe siècle, les monarchies surent tirer profit de la dislocation de la Chrétienté latine, abandonnant la guerre religieuse pour la raison d’État. Aux siècles suivants, alors que le désenchantement du monde ôtait à la Création son aspect magique, l’essor du rationalisme contribua autant à extraire la religion du champ politique qu’à asseoir la tutelle de l’État sur l’Église.

En savoir plus


Présentation

Si le religieux est aujourd’hui affaire personnelle et n’est pas censé interférer avec le politique, il en allait tout autrement dans l’Europe moderne.
Dans l’ancien monde, où la religion était structurante et commandait à tout et tous, le christianisme a forgé des concepts essentiels à la régulation des sociétés. Trois principes ont façonné les rapports entre Églises et États : l’autorité vient de Dieu, les pouvoirs temporel et spirituel sont indépendants, les fins humaines sont subordonnées aux spirituelles. Ce cadre restait toutefois assez large pour justifier des politiques différentes. Les théologiens n’ont pas dicté une réponse unique quand le souverain, fût-il le pape, se trouva confronté à un conflit.
Déstabilisées par les réformes du XVIe siècle, les monarchies surent tirer profit de la dislocation de la Chrétienté latine, abandonnant la guerre religieuse pour la raison d’État. Aux siècles suivants, alors que le désenchantement du monde ôtait à la Création son aspect magique, l’essor du rationalisme contribua autant à extraire la religion du champ politique qu’à asseoir la tutelle de l’État sur l’Église.

Caractéristiques

Pages

304


Collection

Histoire


9782200272135

EAN papier

EAN EPUB

9782200288860


Droit d'usage
En savoir plus
Nb pages copiables 60
Nb pages imprimables 304
Taille du fichier 1779 Ko

Prix

22,99 €



Suggestions personnalisées

La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II - Tome 3
La République romaine et son empire
Le Saint-Empire
70 jours qui ont fait l'histoire d'Israël
collection1
 
collection 2
 
collection 3
 
collection 4

C est ici le meme sujet