L'homme sans repos

Du mouvement de la Terre à l'esthétique métaphysique de la vitesse (XVIIe- XXe siècles)

Qu'est-ce donc que ce monde où l'homme semble sans repos, où les raisons d'être ne sont plus, à maints égards, que des raisons de vitesse ? Comment s'est-il substitué, jusqu'à l'effacer, à l'univers ancien où l'homme, assujetti aux règles divines et aux hiérarchies ontologiques, suivait son chemin sans imaginer prendre de vitesse le mouvement du monde ?
Autrement dit, pourquoi et comment faire vite a-t-il pu devenir une fin en soi ? Devenus ce que nous sommes, nous imaginons volontiers que l'empire de la vitesse est sorti tout armé du seul progrès technologique, lui-même amené par le désir « naturel » d'échapper à la contrainte du temps subi ou perdu. Mais en réalité, le concept a précédé le rêve, la subtile raison scientifique a appelé cet aveuglant, exaltant et périlleux changement de monde, dont seul un retour sur le témoignage des artistes et des écrivains nous permet aujourd'hui de prendre la mesure. Le grand mérite de cet ouvrage est de montrer comment, s'agissant d'un trait majeur de notre civilisation, se sont articulés le scientifique et l'extra-scientifique. L'enquête, en soi passionnante, originale par la place qu'elle accorde à ce révélateur majeur qu'est l'évolution des conceptions esthétiques, contribue avec bonheur à nous placer dans la position épistémologique nécessaire pour affronter une autre tâche indispensable : appréhender le jeu contemporain de l'homme et du temps. 

Michel BLAY
, philosophe et historien des sciences, auteur de nombreux ouvrages sur l'émergence de la science classique, est directeur de recherches au CNRS. Il a été directeur de la recherche à l'E.N.S. de Saint Cloud / Lyon.

En savoir plus


Présentation

Qu'est-ce donc que ce monde où l'homme semble sans repos, où les raisons d'être ne sont plus, à maints égards, que des raisons de vitesse ? Comment s'est-il substitué, jusqu'à l'effacer, à l'univers ancien où l'homme, assujetti aux règles divines et aux hiérarchies ontologiques, suivait son chemin sans imaginer prendre de vitesse le mouvement du monde ?
Autrement dit, pourquoi et comment faire vite a-t-il pu devenir une fin en soi ? Devenus ce que nous sommes, nous imaginons volontiers que l'empire de la vitesse est sorti tout armé du seul progrès technologique, lui-même amené par le désir « naturel » d'échapper à la contrainte du temps subi ou perdu. Mais en réalité, le concept a précédé le rêve, la subtile raison scientifique a appelé cet aveuglant, exaltant et périlleux changement de monde, dont seul un retour sur le témoignage des artistes et des écrivains nous permet aujourd'hui de prendre la mesure. Le grand mérite de cet ouvrage est de montrer comment, s'agissant d'un trait majeur de notre civilisation, se sont articulés le scientifique et l'extra-scientifique. L'enquête, en soi passionnante, originale par la place qu'elle accorde à ce révélateur majeur qu'est l'évolution des conceptions esthétiques, contribue avec bonheur à nous placer dans la position épistémologique nécessaire pour affronter une autre tâche indispensable : appréhender le jeu contemporain de l'homme et du temps. 

Michel BLAY
, philosophe et historien des sciences, auteur de nombreux ouvrages sur l'émergence de la science classique, est directeur de recherches au CNRS. Il a été directeur de la recherche à l'E.N.S. de Saint Cloud / Lyon.

Caractéristiques

Pages

160


Collection

HORS COLLECTION


9782200261832

EAN papier

EAN EPUB

9782200356163


Droit d'usage
En savoir plus
Nb pages copiables 32
Nb pages imprimables 160
Taille du fichier 1188 Ko

Prix

21,99 €



Suggestions personnalisées

Comprendre et soigner les états-limites - 3e éd.
Psychothérapie de l'attachement
Éducation alimentaire
12 études en clinique projective - 2e éd
collection1
 
collection 2
 
collection 3
 
collection 4

C est ici le meme sujet